3 Mai : la « refondation » de la presse malienne au cœur des débats

0
73

2020-2021 a été une période dure pour les médias maliens, a rappelé le Président de la Maison de la presse, Bandiougou Dante. C’était ce lundi 3 Mai, à l’occasion de la journée internationale de la liberté de la presse. M. Dante a dénoncé les enlèvements, séquestrations, répressions, bastonnades et interpellations extra judiciaires auxquelles des hommes de médias font face. Les acteurs de la presse malienne ont ainsi décidé de se mobiliser pour débattre de la refondation de la presse à travers la semaine de la liberté de la presse qui a aussi démarré ce 3 Mai.

Birama Touré a disparu depuis 2016Hamadoun Nialibouly a été enlevé en 2020 et Moussa Dicko en 2021, a regretté Bandiougou Dante. Le Président de la Maison de la Presse a aussi déploré n’avoir aujourd’hui aucune nouvelle sur la situation de ces journalistes. Il a donc demandé une implication des autorités de la transition afin que lumière soit faite sur ces affaires.
Des patrons de la presse se sont aussi dits convaincus que le salut de la presse ne viendra que de sa refondation. Toutefois, ceux-ci estiment également que des efforts ont été consentis dans ce sens. Pour les responsables de la Haute Autorité de la Communication (HAC), des politiques de régulation de l’espace médiatique seront mises en application pour pallier aux incohérences et dérapages constatés dans le milieu. Pour le programme de cette semaine, du 3 au 7 mai, dédiée à la presse, des conférences débats, tables rondes et panels sont prévus dans le cadre de cette refondation.
Les conditions de vie et de travail des Hommes de media, jugées précaires, ont aussi été abordées à l’occasion de ce 3 mai. Le Président de la Maison de la presse a exhorté donc les autorités à soutenir financièrement le secteur de la presse afin qu’elle soit « libre, indépendante et professionnelle ».

Source: studiotamani

Source: bamada